Le Jardin des roses de Saadi

Par défaut
Le Jardin des roses  de Saadi
 
 
 
Les biens sont destinés à rendre la vie plus confortable et plus tranquille, et non à être le but ultime de l’existance.
On demanda à un Sage: Quelle différence y a-t-il entre un homme fortuné et un homme infortuné ? Il répondit:
l’homme fortuné
est celui qui jouit de la vie et par là amasse des récompenses pour la prochaine, tandis que l’homme infortuné est celui
qui meurt sans avoir joui de la vie et n’ayant rien investi pour la prochaine.
Ne gaspille pas tes prières pour l’homme de rien qui ne fait qu’amasser des biens sans en jouir

Si un homme, en même temps que son or et son argent , m’amasse pas des récompenses pour l’autre monde, alors il a vendu son salut pour son trésor.
Si tu veux profiter des bénédictions que procure le monde, fais le bien aux hommes comme Allah subhanahu wa ta3ala l’a fait pour toi.

Où que ce soit que l’arbre de bonté prenne racine, ses plus hautes branches touchent le ciel.
Si tu espères manger ses fruit, ne scie pas ses racines par des reproches
.

Il y a deux sortes de personnes qui subissent inutilement de la peine et des malheurs : celles qui amassent
des biens et de la richesse et ne s’en servent pas, et celles qui acquièrent de l’expérience, mais ne
l’utilise pas.
Quelque connaissance que tu puisses acquérir, si tu ne t’en sers pas, autant être ignorant.
Tu n’es ni un chercheur de vérité, ni un homme instruit, mais simplement un quardrupède qui transporte une charge
de bouquins.
Une bête sans cervelle ne sait pas et se soucie fort peu de savoir si elle porte un fagot ou des livres.

Un homme de savoir qui ne possède aucune vertu est comme un porteur de torche aveugle: il guides les autres mais
lui-même n’a pas de guide
.
Sans aucun profit passe la vie de celui qui n’amasse que son or.


Il y’a trois choses qui ne sauraient durer sans trois autres choses: la richesse sans le commerce,
l’instruction sans le débat et les royaumes sans ligne de conduite.
Parfois, là où il y avait opposition, voire discussion coléreuse, tu peux obtenir l’assentiment par la
bonté, la gentillesse et l’humanié .
A de tel moments cent pots de sucre ne valent pas autant qu’une coloquinte.

Etre miséricordieux envers les méchant est injuste pour les bons, et pardonner
au tyran c’est punir les opprimés.
Si tu protèges et chéris un homme méchant, il regardera bientôt avec convoitise ta fortune
et dressera un plan pour la partager
.

.
Ne dis pas tous tes secrets à un ami qui t’es cher, car peut-être un jour deviendra-t-il ton ennemi.
D’autre part, ne blesse pas ton ennemi autant qu’il t’est possible de le faire, car un jour il pourra
devenir un ami. Ne confie pas ton secret le plus pronfond même à ton plus cher ami, car même lui a
des amis en dehors de toi.
Le silence vaut mieux que de confier le secret de ton coeur avec injonction de ne pas le répéter
.
O homme doux! arrête l’eau à la source, une fois que la rivière est pleine, tu ne peux plus l’endiguer.
Ne fait pas part de ce secret secrètement
S’il ne peut être en public
.

.
Pèse les paroles que tu dis à des personnes ennemies afin que, si elle se réconcilient , tu n’aies pas
à avoir honte.
Une querelle entre eux personnes, c’est comme un feu.
L’infortuné arbitre est le tisonnier. si les deux se réconcilient l’intermédiaire est couvert
d’opprobres.
Allumer un feu entre deux personnes est idiot, car toi-même tu y es consumé.
Parle bas à tes amis afin que le vilain adversaire n’entende pas.
Parle avec précaution prés d’un mur, car il se pourrait que de l’autre côté il ait des oreilles.

C’est un tort que t’écouter un conseil d’un ennemi, tu peu cependant l’écouter et faire le contraire de ce qu’il
dit,et ainsi survivre.
Prends garde de ne pas faire ce que ton ennemi t’enjoint de faire, ou tu regrettera ton acte.
S’il indique un chemin droit comme une fléche, prends un virage à gauche et suis-le.
.Ne te laisse pas prendre au piège de l’adversaire, ni à celui du flatteur;
l’un pose le piège de la tromperie, l’autre encourage bassement la cupidité.
L’idiot accueille avec joie la flatterie comme une carcasse qui se gonfle et paraît grosse si on lui inject de l’air.
Prends garde , n’écoute pas le flatteur qui chercher à profiter un peu de toi. Un Jour, Si tu viens à lui déplaire, il répandra deux cents mensonges à ton sujet
.

La patience mène au succès, la prècipitation engendre des chutes.
De mes yeux, j’ai vu dans le desert un homme lent dépasser un autre qui se pressait.
Le cheval rapide s’écroule, tandis que le chameau va lourdement sans s’arrêter
.

Le silence est la meilleur chose pour un homme ignorant, s’il le savait, il ne serait plus ignorant.
Puisque tes connaissances sont imparfaites il vaut mieux garder silence.
La langue est source de honte pour un homme
, comme l’est l’absence de noyau dans une noix. Un idiot essayait de dresser un âne, mais ne progressait pas du tout.
Un Sage dit: O fou, pourquoi te fais-tu du souci ?
Crains le ridicule de l’insulteur !
Tu n’apprendras jamais à parler aux animaux, il vaut mieux que tu apprennes le silence des animaux.
Un Sage ne doit pas passer outre avec indulgence aux fautes d’un fou, car ce serait au détriment des deux, la crainte qu’inspire le Sage diminuerait et la folie de l’idiot augmenterait.
Si tu avec bonté et gentillesse à un fou, son orgueil et son arrogance augmenteront.

Un Sage ne doit pas passer outre avec indulgence aux fautes d’un fou, car ce serait au détriment des deux, la crainte qu’inspire le Sage diminuerait et la folie de l’idiot augmenterait.
Si tu avec bonté et gentillesse à un fou, son orgueil et son arrogance augmenteront
.

La vie est dans le maintien de la respiration, et la vie est une existance entre deux non-existances. Ne vends pas ta foi pour le monde, ceux qui le font sont stupides.
"Ne vous ai-je pas recommandé , fils d’Adam, de ne pas adorer Satan car il est votre ennemi ?" Aux paroles de l’ennemi tu as rompu ton pacte avec l’Ami.Vois avec qui tu as rompu et avec qui tu es
uni.

En période de famine ne demande pas à un paysan pauvre comment il va, à moins d’être disposé,s’il te le dit,à panser ses plaies et à lui donner de l’argent.Si tu vois un mulet embourbé dans la boue avec un fardeau, prend-le en pitié du fond du coeur.Mais ne va pas demander à la bête: comment t’es-tu embourbée ? Va plutôt à la queue et tire-le de la boue.

 
On demanda à un Sage : « A quoi ressemble le Sage qui prêche mais ne montre pas l’exemple ? » Il répondit : « A une abeille sans miel ».
Dis à la guêpe traîtresse : « Puisque tu ne donnes pas de miel, ne pique pas non plus ! ». 
 

Cela est opposé à la pensée pieuse et détruit la valeur des conseils des Sages que de prendre des médicaments en doutant de leur efficacité, ou de prendre un chemin inconnu sans une caravane. On demanda à L’Imam Al Ghazzali : « Comment êtes-vous parvenu à une telle connaissance ? » Il répondit : « Je n’ai éprouvé aucune honte à poser des questions sur ce que je ne connaissais pas ».
Le malade peut justement espérer la guérison si c’est un bon médecin qui le soigne.
Interroge sur ce que tu ignores, car l’angoisse de ta question t’incitera à accroître ta connaissance.

Celui qui interrompt les paroles d’un autre pour hausser ses propres talents ne fera que montrer l’étendue de son ignorance. Un homme sage ne fait de réponse qu’en réponse à une question.
Qu’une personne qui parle beaucoup ait raison n’empêche pas les gens de considérer ce qu’elle dit comme absurde.

.
Mentir ressemble à un coup qui lacère : la blessure guérit mais la cicatrice demeure. Quand les frères de Joseph – `alayhi as-salam – furent prouvés menteurs, leur père perdit confiance en leurs paroles. Il dit : « Votre âme a considéré votre mensonge comme peu de chose, mais la patience avant l’acte vous en aurait montré le côté néfaste. »
Les hommes pieux ne feront pas une montagne d’un mensonge proféré par une personne qui a coutume de dire la vérité. Si une personne, qui ment avec infamie, parle, ils considéreront qu’elle ment même si elle dit la vérité.
A une personne chez qui la véracité est une habitude, on pardonnera un écart ; mais chez une personne connue pour sa fausseté, on ne croira même pas en ses vérités. .

N’attends rien de méritoire de la part d’un égoïste. Ne fais pas un chef d’un homme qui n’a pas de mérite.
Ne montre pas de pitié envers le bœuf glouton, car le plus méprisable est le mangeur excessif.
Si tu dois t’engraisser comme un bœuf, soumets-toi à l’oppression comme une bête de somme.


Conseil 90
Il est écrit dans la Bible :
« O fils d’Adam, si Je te donne la richesse tu Me négligeras pour chercher la jouissance ; si Je te rends pauvre tu seras insatisfait et peiné : comment connaîtras-tu la douceur de Me louanger et quand te hâteras-tu de M’adorer ?
Riche et libre de soucis, tu es fier et Me négliges. Pauvre, tu es las et te désespères.
Puisque dans le bien-être et dans la peine tu es ainsi, quand donc t’occuperas-tu de Dieu au lieu de toi ?

 

Quiconque adore Allah simplement par crainte se noie dans l’océan des pensées.
Quiconque L’adore par espérance se perd dans les illusions.
Mais celui qui L’adore par crainte et espérance est dans la justesse.
(Yahyâ ibn Mu`âdh –qu’Allah ta`ala l’agrée)

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s