Imagine Toi!

Par défaut
Bismillah Er Rahmane Er Rahime
Au Nom d’Allah Le Tout-Miséricordieux Le Très-Miséricordieux
 
La souffrance de la mort

 

Imagine que tu es terrassé par la mort. Tu n’émergeras de la terre que pour le Rassemblement devant ton Seigneur. Imagine que la mort vienne t’arracher à la vie. Tu es là agonisant, saisi de suffocations, en proie à de terribles vertiges, à cette obsédante angoisse, à cette anxiété mortelle.
 

L’ange commence alors à tirer ton âme à partir de tes pieds. Tu ressens la souffrance de cet arrachement de la plante de tes pieds. Cette extirpation, s’opérant par coups successifs, provoque l’agonie qui va arracher l’âme de toutes les parties de ton corps. Elle opère à partir de ta partie inférieure et remonte à ta partie supérieure jusqu’à ce que l’angoisse en toi parvienne à son paroxysme, que la souffrance de la mort envahisse la totalité de ton corps et que ton coeur, tourmenté et anxieux, attende la Notification de Dieu, à savoir celle de Sa colère ou de Son agrément. Tu sais déjà qu’il n’y aucun échappatoire pour toi : tu es astreint à entendre l’un ou l’autre des messages de l’ange chargé de s’emparer de ton âme.


Au moment où tu seras saisi par cette incessante angoisse et où tu ressentiras la souffrance de la mort avec ses vertiges enivrants, tu éprouveras alors une intense anxiété, en attendant l’un des deux verdicts de l’Annonce de ton Seigneur. Voilà que subitement tu verras la face de l’ange de la mort soit dans sa forme la plus agréable, soit dans son aspect le plus laid. Tu le regarderas tendre sa main vers ta bouche pour dégager ton âme de ton corps. Lorsque, au fond de toi, tu te sentiras avili, tu verras cette scène de tes yeux et tu verras le visage de l’ange de la mort. Ton coeur sera suspendu à l’Annonce, attendant laquelle des deux nouvelles te surprendra.

Quand tu entendras le ton de la voix de l’ange te dire:

« Réjouis-toi, ô ami de Dieu, de l’agrément de Dieu et de Sa récompense. » ou bien « Réjouis-toi, ô ennemi de Dieu, de Sa colère et de Son châtiment ». Dès lors, tu auras la certitude de ta réussite et de ton succès. l’assurance s’établira alors dans ton coeur. Ton âme apaisée s’élancera vers Dieu. Ou bien tu auras la certitude de ta ruine et de ta perte. Après quoi, l’extrême désespoir s’emparera de ton cceur, ou la joie de l’espoir s’y installera, dès lors que le délai de ton existence en ce monde aura atteint son terme, que ta trace s’y sera effacée et que tu auras été transporté dans la Demeure des anciennes nations ayant vécu avant toi.

Imagine-toi les questions des deux Anges


Imagine lorsque ton coeur se transportera de joie et d’allégresse ou bien s’emplira de tristesse et de larmes, alors que tu te trouveras piégé dans la tombe, fosse au fond terrifiant, saisi par l’apparition effarante des deux anges et leurs questions au sujet de ta foi en ton Seigneur. Tu célébreras, d’une voix ferme, la Gloire de ton Seigneur ou bien tu resteras perplexe, dans le doute et déconcerté.

Imagine la voix de ces deux anges quand ils t’appelleront et te feront asseoir à même le sol pour te contraindre à écouter leurs questions.

Imagine-toi, assis dans l’exiguïté de la tombe, alors que ton linceul aura été rabaissé jusqu’au niveau de tes reins et que le coton de tes yeux sera tombé à tes pieds.

Imagine cette scène et fixe ton regard hagard sur leurs vivantes présences et l’énormité de leurs corps. Si tu les vois dans leur aspect bienveillant, la certitude du succès et du salut gagnera ton coeur. Mais si tu les vois dans leur aspect hideux, la certitude de la perdition et de la ruine dominera ton coeur.

Imagine leurs voix, le ton de leurs paroles et de leurs questions. C’est alors que tu connaîtras l’affermissement venu de la part de Dieu, s’Il t’affermit. Ou ta perplexité et ton égarement s’Il t’abandonne à toi-même. Imagine ta réponse aux anges, fait de certitude ou d’hésitation et perplexité.

 

Imagine-toi la vision du

Paradis et de l’Enfer


Imagine l’accueil de ces anges, porteurs de joie, si Dieu t’a affermi ; les coups qu’ils donneront, de leurs pieds, sur les parois de ta tombe qui s’ouvrira ainsi sur le Feu, promis à l’âme faible.

Puis, imagine ce Feu aux flammes incandescentes et la parole de ces anges, porteurs du Décret divin. Tu verras ce que Dieu t’a épargné. A cette vue, la joie et l’allégresse de ton coeur s’accroîtront, et tu auras ainsi la certitude de ta délivrance du Feu.

Imagine les coups que les deux anges donneront de leurs pieds sur les parois de ta tombe qui s’ouvriront et te feront découvrir le Paradis avec ses ornements et ses bienfaits. Ils te diront: « Ô serviteur de Dieu ! Regarde ce que Dieu ta préparé : C’est là ta demeure et c’est là ton devenir ».

Imagine la joie de ton coeur et ton allégresse quand tes yeux verront les délices du Paradis et la splendeur de son royaume, et quand tu apprendras que cette félicité et cette splendeur, t’ont été destinées.

Dans le cas contraire, imagine, si tu es écarté de la vision du Paradis, que tu entendes les deux anges te dire: « Regarde ce dont Dieu le Très-Haut t’as privé ». Quand tes yeux verront le Feu, ces anges te diront: « Regarde ce que Dieu a préparé pour toi. C’est là ta demeure et c’est là ton destin ».

En ce monde, prends conscience de l’immensité de ce danger, de l’angoisse et du tourment qui t’accableront jusqu’à ce que tu saches lequel des deux états sera le tien dans la tombe. Puis, prends conscience de l’anéantissement et du malheur qui s’ensuivront. Tes articulations seront tranchées, tes os ne seront plus que poussière et ton corps sera complètement décomposé. Par contre, le tourment ou la joie ne quitteront pas ton âme, en attendant, au Jour de la résurrection, de subir la Colère de Dieu et Son châtiment ou bien d’être pleinement satisfait de Son agrément et de Sa récompense. Dans cette perspective, ton âme attend l’Amonce de ton rang au Paradis ou de ton séjour dans le Feu.

Ô combien seront amers les gémissements de ton âme et tes lancinantes angoisses ! Ô combien sera-t-elle empressée dans sa joyeuse attente de l’Heure où le nombre de morts parviendra à son terme et où la terre et les cieux se videront de leurs habitants et deviendront inanimés après avoir été en perpétuel mouvement. Aucun bruit ne se fera plus entendre et personne ne sera plus en vie. Il ne demeurera que l’Omnipotent, le Très-Haut, l’Eternel, l’Unique, Seul avec Sa grandeur et Sa majesté. Puis, ton âme se fera surprendre par l’Appel de l’Hérault et toutes les créatures avec toi. Vous allez comparaître, tous ensemble, vils et impuissants, devant Dieu, le Tout-Puissant.

Imagine-toi l‘Appel à la comparution
 

Imagine comment retentira le son de cette Voix à ton ouïe et dans ton esprit. Tu comprendras dans ton entendement que tu es appelé à comparaître devant le Souverain Suprême. Ton coeur battra fortement et ta tête blanchira à cet Appel, à ce seul Cri, d’avoir à comparaître devant le détenteur de la Majesté, de la Générosité, de la Grandeur et de la Magnificence.

Pendant que tu seras saisi d’effroi au son de cette Voix, tu entendras, subitement, la terre s’entrouvrir au-dessus de ta tête. Tu bondiras, couvert du haut de la tête jusqu’à la plante des pieds, par la poussière de ta tombe. TU te mettras debout, dressé sur tes jambes, ton regard tendu en direction de l’Appel. Toutes les créatures, en même temps que toi, se dresseront d’un même élan. Elles seront couvertes de cette même poussière de la terre dans laquelle elles ont connu une longue dégradation [avant d’être reconstituées].

 

Imagine-toi la mêlée alarmante

 

Imagine cette levée en masse, toi parmi eux, frappé par la frayeur et l’épouvante.

Imagine-toi, nu, avili et isolé dans ta peur, tes tourments, ton angoisse et tes soucis, au milieu de la cohue des créatures, nues, pieds nus, toutes muettes, avilies par la peur et la frayeur. Tu n’entendras que le bruit furtif de leurs pas et la voix de l’Hérault. Les créatures s’avanceront vers ce dernier. Tu seras au milieu d’elles, progressant vers cette voix. Tu t’approcheras, craintif et humilié. Quand tu arriveras au lieu prévu de votre Station, toutes les nations, celles des djinns et des humains, se bousculeront, nues et pieds nus. La royauté aura été enlevée aux rois de la terre, à présent avilis et mesquins. Ils seront les plus humiliés de toutes les catégories de ce grand rassemblement, et les plus mesquins, après avoir été, sur Sa terre, arrogants et tyranniques envers les serviteurs d’Allah , le Tout-puissant.

 

Imagine-toi le grand rassemblement

Puis, les bêtes sauvages des savanes, des déserts et des cimes des montagnes s’avanceront, avilies et la tête baissée, en ce jour de la résurrection, après avoir, auparavant, fait montre de férocité envers les créatures. Au jour du grand rassemblement, ces bêtes viendront, avilies, bien qu’en ce monde, elles n’aient été soumises à aucune épreuve et n’aient commis aucune faute.

Imagine comme elles progressent, humiliées, en ce Jour grandiose, jour de la comparution et du rassemblement. Voilà les fauves, auparavant féroces qui s’avancent, tête baissée, avilis en ce jour de la résurrection. Ils s’arrêteront, contrits, derrière les autres créatures, misérables et brisés devant le Roi Omnipotent. Viennent ensuite les démons, naguère impertinents et rebelles. Ils viendront, craintifs et avilis, pour comparaître devant Allah , le Glorieux.

Gloire à Allah  qui les a rassemblés après qu’ils aient connu une longue déchéance, tant dans la diversité de leurs formes, de leurs natures et la férocité exercée les uns sur les autres. La résurrection les a tous avilis et le grand rassemblement les a réunis ensemble.

 

 

Imagine-toi l‘épouvante

du Jour de la résurrection


Quand viendra le terme définitif de tous les habitants de la terre, ses humains, ses djinns et ses démons, ses bêtes sauvages, ses fauves, ses animaux domestiques et ses reptiles, tous s’aligneront alors sur le lieu de la Station de la comparution et du jugement. Les étoiles du ciel seront dispersées. Le soleil et la lune auront perdu leur éclat. La terre sera plongée dans l’obscurité à la suite de la disparition de son luminaire et de l’extinction de sa lumière.

Au moment où toi et les créatures vous trouverez dans cet état, le ciel, le plus proche, chancellera au-dessus de vous. Si immense qu’il soit, il tournoiera au-dessus de vos têtes. De tes propres yeux, tu verras cet événement terrifiant.

Puis ce ciel se fissurera sur toute son immense surface, cinq cents années. AL’ Comme le bruit de cette rupture paraîtra effrayant à tes oreilles. Puis, il se disloquera et éclatera sous l’effet de l’énormité de l’effroi causé par le jour de la résurrection. Les anges se tiendront, debout, sur ses bords qui ne se fêleront pas et ne se disperseront pas non plus.

Que penses-tu de cette terreur qui fera fissurer le ciel dans toute son immensité ? Son Seigneur fondra le ciel qui deviendra semblable à de l’argent en fusion, coloré de cuivre jaune, à cause de la grande frayeur provoquée par le Jour de la résurrection.

Comme le dit le Grand, le Majestueux: il est devenu :


« […] écarlate comme le cuir rouge »

Sourate 55 : Le Tout Miséricordieux (Ar-Rahman) verset 37

et :


 
« Le jour où le ciel sera comme du métal en fusion
et les montagnes comme de la laine».
Sourate 70 : Les voies d’ascension (Al- Maarij) verset 8 – 9

Quand les anges du ciel le plus bas se tiendront sur ses bords, ils descendront ensuite, en rangs serrés, sur la terre pour la comparution et le jugement. Ils dévaleront de ses bords, corps imposants, avec leurs tocsins. Leurs voix élevées sanctifieront le Très-Haut Roi qui les fait descendre, en rangs serrés, sur la terre, humiliés et mesquins, pour comparaître devant Lui et répondre à Ses questions.

Imagine leur descente précipitée des nuages avec leurs corps opulents, la frayeur dans leurs voix et leur diversité, têtes baissées, avilis car ils vont comparaître devant Allah , le Puissant, le Majestueux.

Yahyâ Ibn Ghaylân a dit, suivant une chaîne de garants remontant à `Umar Ibn al-As : L’Envové d’Allah – Que la grâce et la paix soit sur lui – a dit :

« Mon Dieu ! Un ange, ses caroncules sont à cent ans de marche des commissures de ses paupières ». II a dit aussi: « Allah le Puissant, le Majestueux, possède un Royaume dont la superficie, entre le clignement des cils des yeux, équivaut a cent années ».
 


 

Ô ta fraveur, la frayeur de toutes les créatures, leur crainte que les anges n’aient reçus des ordres à leur sujet. Aussi les interrogeront-ils ainsi: « Notre Seigneur est-Il parmi vous ? » Les anges, par vénération pour leur Roi, s’effareront de leur question. C’est alors qu’ils appelleront de leurs voix pour les disculper: Il est loin des habitants de la terre pour qu’ils puissent s’imaginer le voir de leurs veux. Ils déclareront: « Gloire à notre Seigneur ! Il n’est certes pas parmi nous, mais Il viendra ». Ils reprendront leur alignement, regarderont les créatures dont les têtes seront baissées, humiliées en ce jour. Imagine ces anges, recouverts de leurs ailes, les têtes baissées, formes immenses, avilis, misérables et humbles devant leur Seigneur. Il en sera ainsi jusqu’au septième ciel. Le nombre des habitants de chaque ciel se multiplie et leurs corps sont gigantesques. Tous, dans le même alignement, regarderont les créatures.

Il en sera ainsi jusqu’au moment où les habitants des sept cieux et de la terre arriveront au lieu de la Station. Le soleil dégagera une chaleur d’une intensité équivalente à dix années et s’approchera des têtes des créatures à une distance égale à la portée d’un arc ou de deux. Il n’y aura d’ombre pour personne, si ce n’est l’ombre du Trône du Seigneur des univers. Certains seront à l’ombre du Trône. D’autres seront exposés à la chaleur brûlante du soleil dont l’incandescence intensifiera l’angoisse et l’impatience.

Après quoi, les nations se bousculeront et se heurteront les unes aux autres. Elles se gêneront au point que les pieds des uns ne se distingueront plus de ceux des autres et que les gorges s’étrangleront de soif. La chaleur intense du soleil s’unira à la respiration saccadée des créatures. Les corps se bousculeront. La sueur inondera leurs corps et coulera jusqu’à former une nappe qui couvrira la surface de la terre et remontera le long des corps, selon le degré de leur hiérarchie et de leur position auprès d’Allah – Exalté soit-Il –, Allah de puissance et de Gloire, mesure de bonheur et de malheur. Pour certains, la sueur atteindra les chevilles, d’autres la taille et d’autres encore les lobes de leurs oreilles. Certains disparaîtront presque dans la sueur tandis que d’autres n’auront de la sueur qu’à mi-corps.

`Umar Ibn Sa’îd – qu’Allah soit satisfait de lui – a dit:

« J’ëtais assis auprès d’Ibn Amrû (Ibn ai-As) – qu’Allah soit satisfait de lui – ainsi qu’Abû Saïd al-Khudarî – qu’Allah soit satisfait de lui -. C’était un vendredi. L’un des présents dit â son compagnon : J’ai entendu l’envoyé d’Allah – Que la grâce et la paix soit sur lui – demander : « A quelle hauteur la sueur montera-t-elle sur le corps du fils dAdam, le Jour de la résurrection ? ». L’un d’eux répondit : « Jusqu’aux lobes de ses oreilles ». Un autre a dit: « Jusqu’à la bouche » ». Ibn `Umar traça une ligne de sa bouche aux lobes de ses oreilles et dit alors : « Jusque là ! ». L’un des compagnons leur a dit: « Je ne vois pas de différence ».

Khaythama (Ibn `Abd ar-Rahmân) – qu’Allah soit satisfait de lui –, selon Abd Allah’ (Ibn `Umar Ibn al-Khattâb) – qu’Allah soit satisfait de lui –, a dit :

« Toute la terre sera feu le jour de la résurrection, et derrière elle, le Paradis. Les créatures y apercevront les vierges aux jeunes seins arrondis et les coupes pleines. Par Celui qui a l’àme de AbdAllah entre Ses mains, l’homme, oui, sera inondé de sueur au point qu’elle coulera sur la terre tout le long de sa taille. Puis, elle montera jusqu’à ses narines avant de rendre les comptes ». Il lui demanda: «Quand cela se produira-t-il ? Ô Abû Abd ar-Rahmân ! ». Il répondit: « Quand les gens seront interrogés ».

Selon Ibn `Umar – qu’Allah soit satisfait de lui –, l’Envoyé de Dieu -sur lui la grâce et la paix- a dit: «L’homme (ou selon une variante: le mécréant) se lèvera, le_jour de la résurrec­tion, dans une mer de sueur qui atteindra, du fait de la longue attente, le milieu de son oreille ».

Selon `Abd Allah – qu’Allah soit satisfait de lui –, le Prophète d’Allah – Que la grâce et la paix soit sur lui – a dit :

« Le Jour de la résurrection, le mécréant sera submergé par sa sueur jusqu’à la bouche du fait de la longue attente de ce jour. Il lui a été demandé : « Qui attendra pendant toute cette longue journée ? » Il répondit : Tous. Ce mécréant dira alors : « Seigneur ! Prends-moi en Ta miséricorde même si c’est en Enfer ». Et toi, tu seras, sans aucun doute, l’un d’eux. »

Imagine alors ton angoisse quand la sueur s’élèvera sur toi, que l’affliction t’enserrera comme une chape et que tu sentiras ta poitrine oppressée à cause de la densité de la sueur, de l’effroi et de la frayeur. Les gens, avec toi, attendent le jugement dernier précédant la Demeure du Bonheur ou bien la Demeure du Malheur, jusqu’au moment où ce calvaire, le tien et celui de toutes les créatures, aura atteint son paroxysme. Leur station debout sera longue, sans que personne ne leur parle ni ne les regarde. Que penses-tu de leur Station trois cents années sans rien manger, ni boire, sans le moindre brin d’air rafraîchissant leurs visages, sans douce brise parfumée, sans pouvoir se reposer de la fatigue de leur Station debout au point d’épuiser leurs forces et de n’avoir plus aucune énergie ?

Qatâda ou Ka’b Ibn Mâti’ al-Hamrî – qu’Allah soit satisfait de lui – a cité ce verset :


« Le jour où les gens se tiendront debout devant le Seigneur de l’ûnivers »

Sourate 83 : Les fraudeurs (Al-Mutaffifune) verset 6.

et a dit : « Ils se tiendront debout quelques trois cents ans ».

Il a dit : J’ai entendu al-Hasan Al-Basrî – qu’Allah soit satisfait de lui – dire :

« Que penses-tu de ces peuples, debout sur leurs pieds, dans l’attente d’Allah – Exalté soit-Il – pendant cinquante mille ans sans rien manger et sans rien boire au point que leurs cous se brisent de soif et que leurs ventres soient brûlés par la faim. Ils seront amenés au Feu. Ils seront conduits vers une source, arrivée au plus haut degré d’ëbullition, exhalant avec intensité son odeur. Une fois que leurs efforts seront épuisés, incapables d’aucune énergie, les uns adresseront la parole à d’autres pour rechercher qui pourrait intercéder en leur faveur auprès du Seigneur afin qu’ils puissent se reposer de l’étât et de la station debout où ils se trouvent, et aller ensuite soit au Paradis, soit au Feu. Ils iront voir Adam, Noé et, après lui, Abraham, puis Moise et Jésus. Chacun d’eux leur répondra : « Mon Seigneur est, aujourdhui, dans une colère qu’Il n’a pas ressentie de semblable avant ce jour, ni ne connaîtra après ». Tous citeront ce fort courroux de leur Seigneur. Chacun d’eux ne pensera qu’à lui-même. Il dira : « Ma personne ! Ma personne ! » Il pensera d’abord à lui-même avant d’intercéder en leur faveur auprès du Seigneur parce qu’il sera trop préoccupé par sa personne et son salut ».

C’est ainsi qu’Allah – Exalté soit-Il – dit :


« Le jour où chaque âme viendra, plaidant pour elle-même »

Sourate 16 : Les abeilles (An-Nahl) verset 111.

Imagine les voix des créatures. Elles appelleront ensemble. Chacune d’elles, livrée à elle-même, s’écrie : « Mon âme! Mon âme ! » Tu n’entendras que cette parole :

« Mon âme ! Mon âme ! »

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s