Les paroles des salafs

Par défaut

Les paroles des salafs


L’imam Barbahârî
a dit :

ولا يخرج أحد من أهل القبلة من الإسلام حتى يرد آية من كتاب الله عز وجل أو يرد شيئا من آثار رسول الله صلى الله عليه وسلم أو يصلي لغير الله أو يذبح لغير الله وإذا فعل شيئا من ذلك فقد وجب عليك أن تخرجه من الإسلام.

« Aucun musulman ne sort de l’Islam, tant qu’il ne rejette pas un verset du Livre d’Allah ou quoi que ce soit comme récit du prophète, que la paix d’Allah et le salue soient sur lui, et qu’il ne prie pas un autre qu’Allah, ni n’offre de sacrifice à un autre qu’Allah. S’il fait quoi que ce soit de cela, il te sera obligatoire de le bannir de l’Islam. » [Charh Sounnah page 31]

 

Abou Al Housseyn Al Malatî a dit :

و جميع أهل القبلة لا اختلاف بينهم أن من شك في كافر فهو كافر لأن الشاك في الكفر لا إيمان له لأنه لا يعرف كفرا من إيمان فليس بين الأمة كلها المعتزلة ومن دونهم خلاف أن الشاك في الكافر كافر

« Il n’y a pas de divergence entre toutes les tendances de Ahl Al Qibla ; que quiconque doute de la mécréance d’un mécréant est un mécréant. Car celui qui doute sur la mécréance n’a pas de Foi vu qu’il ne sait pas reconnaitre la mécréance de la Foi. Ainsi, il n’y a pas de divergence entre tous les gens de la communauté ; les Moutazilites comme les autres ; que celui qui doute [de la mécréance] du mécréant est un mécréant. » [At-Tanbîh wa Ar-Radd page 40]

 

Al Qâdhî ‘Iyâdh Al Mâlikî a dit:

وكذلك وقع الإجماع على تكفير كل من دافع نص الكتاب أو خص حديثا مجمعا على نقله مقطوعا به مجمعا على حمله على ظاهره كتكفير الخوارج بإبطال الرجم ولهذا نكفر من لم يكفر من دان بغير ملة المسلمين من الملل أو وقف فيهم أو شك أو صحح مذهبهم وإن أظهر مع ذلك الإسلام واعتقده واعتقد إبطال كل مذهب سواه فهو كافر بإظهاره ما أظهر من خلاف ذلك

« Et ainsi, il y a eu unanimité pour bannir de l’Islam quiconque rejette un texte claire du Coran, ou détourne le sens d’un Hadîth unanimement et catégoriquement authentifié, et unanimement compris d’après le sens appartenant sans allégorie; comme par exemple en ce qui concerne le Takfîr à l’encontre de ceux qui, parmi les Khawârij, ont rejeté la peine de la lapidation [à l’encontre de l’adultérin marié].

Et c’est pour cela que nous expulsons de l’Islam quiconque ne juge pas mécréant celui qui adopte une autre religion que celle des musulmans, parmi les autres religions, ou hésite à leur sujet ou doute ou encore valide leur religion : même s’il est en même temps persuadé que l’Islam est la vraie religion et qu’il est persuadé que toute autre religion est fausse. Une telle personne est mécréante pour avoir exprimé le contraire de cela. »  [Ach-Chifâ Bi Ta3rîf Houqoûq Al Mouçtafâ 2/286]

â’ou Châriq page 161-163]

 

Abû ‘Abderrahmân Salmah Ibn Chubayb En-Naysabûrî (247/861) :

من لن يشهد بكفر الكافر فهو كافر

« Celui qui ne témoigne pas de la mécréance du mécréant est un mécréant. »

[Tahdhîb Et-Tahdhîb 2/262, Târîkh Dimachq d’Ibn ‘Asâkir 13/330, ainsi que dans Târîkh Baghdâd 7/365, et Tahdhîb El Kemâl 6/263]

 

Muhammad Ibn Sahnûn Al Mâlikî (202-256/817-870) qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit :

أجمع العلماء على أن شاتم النبي صلى الله عليه و سلم و المتنقص له كافر و من شك في كفره و عذابه كفر

« Les savants sont unanimes sur le fait que celui qui insulte le prophète, qu’Allah le bénisse et le salue, ou le rabaisse est un mécréant… Et celui qui doute de sa mécréance et de son châtiment est un mécréant » [Sârim Al Masloûl d’Ibn Taymiya, 1/9 et 1/513.]

Abû Al Husseyn Muhammad Ibn Ahmad Al Malatî Al 3Asqalânî (377 H/987 ap. J.C) :

فأما الذي يكفر فيه معتزلة بغداد معتزلة البصرة فالقول في الشاك والشاك في الشاك ومعنى ذلك أن معتزلة بغداد والبصرة وجميع أهل القبلة لا اختلاف بينهم أن من شك في كافر فهو كافر لأن الشاك في الكفر لا إيمان له لأنه لا يعرف كفرا من إيمان فليس بين الأمة كلها المعتزلة ومن دونهم خلاف أن الشاك في الكافر كافر ثم زاد معتزلة بغداد على معتزلة البصرة أن الشاك في الشاك والشاك في الشاك إلى الأبد إلى ما لا نهاية له كلهم كفار وسبيلهم سبيل الشاك الأول وقال معتزلة البصرة الشاك الأول كافر لأنه شك في الكفر والشاك الثاني الذي هو شاك في الشك ليس بكافر بل هو فاسق لأنه لم يشك في الكفر إنما شك في هذا الشاك أيكفر بشكه أم لا فليس سبيله في الكفر سبيل الشاك الأول وكذلك عندهم الشاك في الشاك والشاك في الشاك إلى ما لا نهاية له كلهم فساق إلا الشاك الأول فإنه كافر وقولهم أحسن من قول أهل بغداد

« Quant à la chose pour laquelle les Mou3tazila de Bagdad considèrent ceux de Basra mécréant, c’est au sujet du douteur, et de celui qui doute du douteur.

Ceci veut dire que : il n’existe aucune divergence entre les Mou3tazila de Bagdad et de Basra, ainsi que l’ensemble des gens de la Qibla [c-à-d tous les musulmans. Trad.] que celui qui doute de [la mécréance] d’un mécréant est un mécréant ; car celui qui doute sur la mécréance n’a pas de Foi vu qu’il ne sait pas reconnaître la mécréance de la Foi. Il n’existe donc aucune divergence entre tous les membres de la communauté [musulmane] que ce soit les Mou3tazila ou les autres que celui qui doute [de la mécréance] du mécréant est un mécréant.

Mais les Mou3tazila de Bagdad ont ajouté quelque chose en plus que ceux de Basra : c’est que celui qui doute de celui qui doute, et celui qui doute de celui qui doute jusqu’à l’infini : tous sont mécréants. Et la raison de leurs mécréances est la même que celle du premier.

Alors que les Mou3tazila de Basra, eux, disent que le premier douteur est mécréant car il doute de la mécréance, mais que le deuxième –celui qui doute du douteur- n’est pas mécréant mais bien pervers car il n’a pas douté de la mécréance mais il a juste douté du douteur : a-t-il mécru par son doute ou non ? Ils ne considèrent donc pas la cause de sa mécréance comme étant la même que celle du premier. Et ainsi d’après eux : celui qui doute du douteur et celui qui doute de celui qui doute… Jusqu’à l’infini sont tous des pervers sauf le premier douteur qui lui est mécréant. Et leur avis est meilleur que celui des bagdadiens. » [At-Tanbîh Wa Ar-Radd, édition « El Mektabat Ul Azhariyatu lit-Turâth », inspecté par Muhammad Zâhid Ibn El Hassan El Kawtharî, pp 40, 41]

 

Abû Muhammad ‘Alî Ibn Hazm (384-456 /995-1063) :

وأخبر تعالى عن الكفار فقال ولئن سألتهم من خلقهم ليقولن الله فأخبر تعالى أنهم يعرفون صدقة ولا يكذبونه وهم اليهود والنصارى وهم كفار بلا خلاف من أحد من الأمة ومن أنكر كفرهم فلا خلاف من أحد من الأمة في كفره وخروجه عن الإسلام

« Et Allah nous informa au sujet des mécréants, Il dit alors « Et si tu leur demandais qui les a créé, ils vont certes te répondre « c’est Allah » » Allah a donc annoncé qu’ils admettent sa sincérité et qu’ils ne le démentent pas, et ce sont les juifs et les chrétiens. Et ils sont mécréant sans aucune divergence de la part de qui que ce soit de la communauté. Et quiconque conteste leur mécréance : aucun membre de la communauté ne divergera sur sa mécréance et sa sortie de l’Islam. » [Al Fiçal Fî Al Milal Wal Ahwâ’i Wan Nihal 3/111]

 

Al Qâdhî Abû Al Fadhl ‘Iyâdh Al Yahçabî [496-544 H. 1103-1149 ap. J.C] : Il dit au sujet de certains Mou3tazila qui disent qu’Allah n’a pas d’argument contre certains juifs et chrétiens comme ceux qui suivent aveuglements leur peuple :

وقائل هذا كله كافر بالإجماع على كفر من لم يكفر أحدا من النصارى واليهود وكل من فارق دين المسلمين أو وقف في تكفير هم أوشك قال القاضى أبو بكر لأن التوقيف والإجماع اتفقا على كفرهم فمن وقف في ذلك فقد كذب النص والتوقيف أو شك فيه والتكذيب أو الشك فيه لا يقع إلا من كافر

« Et celui qui professe tout ceci est un mécréant à l’unanimité stipulant la mécréance de celui qui ne juge pas un chrétien ou un juif, ou quiconque se sépare de la religion des musulmans mécréant ; ou hésite à les juger mécréant ou doute. Le Qâdhî Aboû Bakr [Ibn Al ‘Arabî] a dit : car il ne fait pas de doute que les textes et l’unanimité sont en accord sur leur mécréance ; et celui qui s’abstient de cela a certes démentit le texte ou en a douter. Or démentir ou douter ne peut provenir que d’un mécréant. » [Ach-Chifâ Bi Ta3rîf Huqûq Al Mustafa 2/281]

 

Puis le Qâdhî ‘Iyâdh dit :

وكذلك وقع الإجماع على تكفير كل من دافع نص الكتاب أو خص حديثا مجمعا على نقله مقطوعا به مجمعا على حمله على ظاهره كتكفير الخوارج بإبطال الرجم ولهذا نكفر من لم يكفر من دان بغير ملة المسلمين من الملل أو وقف فيهم أو شك أو صحح مذهبهم وإن أظهر مع ذلك الإسلام واعتقده واعتقد إبطال كل مذهب سواه فهو كافر بإظهاره ما أظهر من خلاف ذلك

« Et ainsi, il y a eu unanimité pour bannir de l’Islam quiconque rejette un texte claire du Coran, ou détourne le sens d’un Hadîth unanimement et catégoriquement authentifié, et unanimement compris d’après le sens appartenant sans allégorie; comme par exemple en ce qui concerne le Takfîr à l’encontre de ceux qui, parmi les Khawârij, ont rejeté la peine de la lapidation [à l’encontre de l’adultérin marié].

Et c’est pour cela que nous expulsons de l’Islam quiconque ne juge pas mécréant celui qui adopte une autre religion que celle des musulmans, parmi les autres religions, ou hésite à leur sujet ou doute ou encore valide leur religion : même s’il est en même temps persuadé que l’Islam est la vraie religion et qu’il est persuadé que toute autre religion est fausse. Une telle personne est mécréante pour avoir exprimé le contraire de cela. » [Même source 2/286]

 

Yahyâ Ibn Charaf An-Nawawî (631-677/1233-1278) a dit :

من لم يكفر من دان بغير الإسلام كالنصارى أو شك في تكفيرهم أو صحح مذهبهم فهو كافر وإن أظهر مع ذلك الإسلام واعتقده

« Celui qui ne considère pas que ceux qui adoptent une autre religion que l’Islam –comme les chrétiens- sont des mécréants ou qu’il doute sur leur mécréance ou qu’il valide leur doctrine : c’est un mécréant même s’il manifeste en même temps l’Islam et qu’il y croit. » [Rawdhat UtTâlibîn 10/70]

 

Zakariyâ Ibn Muhammad Al Ançârî (826-926/1423-1520) a dit :

أو شَكَّ في تَكْفِيرِ الْيَهُودِ وَالنَّصَارَى عِبَارَةُ الرَّوْضَةِ أو لم يُكَفِّرْ من دَانَ بِغَيْرِ الْإِسْلَامِ كَالنَّصَارَى أو شَكَّ في كُفْرِهِمْ أو صَحَّحَ مَذْهَبَهُمْ فَعِبَارَتُهُ أَعَمُّ من عِبَارَةِ الْمُصَنِّفِ مع زِيَادَةِ حُكْمٍ وفي تَكْفِيرِ طَائِفَةِ ابْنِ عَرَبِيٍّ الَّذِينَ ظَاهِرُ كَلَامِهِمْ عِنْدَ غَيْرِهِمْ الِاتِّحَادُ

« « Ou bien s’il doute sur la mécréance des juifs et des chrétiens ». Ceci est l’expression que l’on trouve dans « Er-Rawdha ». « Ou bien celui qui ne considère pas que ceux qui adoptent une autre religion que l’Islam –comme les chrétiens- sont des mécréants, ou doute de leur mécréance, ou valide leur doctrine. » Cette expression est plus générale que celle de l’auteur avec l’ajout d’un jugement. Ou bien [doute] de la mécréance de la bande d’Ibn ‘Arabî, dont la profession apparente est l’incarnation. » [Sanyul Matâlib Fî Charhi Rawdhi Tâlib 4/119]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s