Suite :{Et tu es, certes, d’une moralité éminente}[Al-Qalam verset 4

Par défaut
Cheikh Abdel-Mouhsine Al-Quaassim

Vendredi 27/10/1425 (10/12/2004)

Serviteurs d’Allah !

Craignez Allah d’une crainte véritable, car celui qui Le craint, sera sauvé ; tandis que celui qui se détourne de Lui, sera perdant.

O Musulmans !

Allah a choisi parmi les endroits et les pays, ceux qui sont les meilleurs ; Il a choisi parmi les âmes, celles qui sont les plus honorables ; et Il a choisi parmi les hommes des messagers, et Il a fait que leurs paroles, leurs actes et leurs qualités morales, soient des balances avec lesquels les paroles, les qualités morales et les actes sont pesés. Et la connaissance de notre prophète Mohammed (qu’Allah prie sur lui et le salue) fait partie des trois principes que l’homme doit connaître, et chaque serviteur sera interrogé à ce sujet dans sa tombe.

Ibn Al-Quayyim ( Rahimou Allah ) a dit :

-« La nécessité des serviteurs de la connaissance du messager, de ce avec quoi il est venu, de croire en ce qu’il a annoncé et obéir à ce qu’il a ordonné, est au-dessus de toutes les nécessités ».

Le meilleur des fils d’Adam et leur fierté dans ce monde et dans l’au-delà, est Mohammed ibn Abdillah ibn Abdil-Mouttalib ; Allah l’a choisi parmi les Bani Haachim, Il a choisi Bani Haachim parmi les Quouraïchites qui sont de la descendance du prophète d’Allah Abraham (que la paix soit sur lui) l’élite des créatures ; et il est celui qui a la meilleure descendance parmi tous les habitants de la terre. Il a dit (qu’Allah prie sur lui et le salue) :

(Je suis celui qui a la meilleure descendance parmi eux, et je suis celui qui est de la meilleure famille) rapporté par Tirmidhi.

Il grandit en étant orphelin de père et mère, en étant privé de leur éducation et de leur tendresse :

{Ne t’a-t-Il pas trouvé orphelin ? Alors Il t’a accueilli} [Ad-Douha (le Jour montant) : 6].

Il fut protégé par Allah, et il détesta l’adoration des statues ; son Seigneur le protégea lorsqu’il était petit, et Il le préserva du mal pendant sa jeunesse, il ne toucha donc jamais à une statue. Il épousa une femme noble, honorable et intelligente ; elle est la femme la plus honorable et la plus intelligente : Khadijah ( Radhi Allah anha ).

Allah l’envoya alors que la terre était remplie d’adoration des statues, des paroles des sorciers, des meurtres et des ruptures des liens de parenté ; il appela alors à l’adoration d’Allah seul, en patientant face aux accusations des gens qui l’accusaient d’être un menteur, qui se détournaient de lui et qui le traitaient d’une mauvaise manière.

Allah éleva son nom et son importance, ses miracles sont formidables, ses preuves sont évidentes ; il fut secouru par la peur [dans le cœur de ses ennemis] ; ses péchés furent pardonnés ; il sera le premier à sortir de la tombe et le premier à intercéder le jour du jugement. Il est le prophète dont les disciples sont les plus nombreux. Il sera le premier à frapper à la porte du Paradis et le premier à traverser le pont « Siraate ». Il était un serviteur reconnaissant, il priait la nuit jusqu’à ce que ses pieds se fendent, la réjouissance de ses yeux était dans la prière, il priait pour Allah avec sincérité et dévotion. Abdoullah ibn Chakhir ( Radhi Allah anhu lui) a dit :

-« Je suis allé voir le messager d’Allah ( sal Allah alayhi wa salam ) alors qu’il priait, et l’on entendait dans sa poitrine un bouillonnement comme le bouillonnement de la marmite à cause des pleures » rapporté par Ahmed. Et il a dit à propos de lui-même ( sal Allah alayhi wa salam ) :

(Je jure par Allah que je suis celui qui craint Allah le plus parmi vous) Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

Il glorifiait son Seigneur, il avait une politesse élevée avec son Créateur, il ne prétendait pas avoir une chose que seul Allah possède, Allah (qu’Il soit glorifié) a dit :

{Dis : "Je ne détiens pour moi-même ni profit ni dommage, sauf ce qu’Allah veut. Et si je connaissais l’Inconnaissable [l’invisible], j’aurais eu des biens en abondance, et aucun mal ne m’aurait touché. Je ne suis, pour les gens qui croient, qu’un avertisseur et un annonciateur"} [Al-Aa’raf : 188].

Un homme vint le voir et lui dit :

-"Qu’advienne ce qu’Allah veut et que tu veux". Il dit alors :

(M’as-tu rendu égal à Allah ? Dis : "Qu’advienne ce qu’Allah seul veut") rapporté par An-Nassaa’i.

Et Allah lui a dit :

{Dis : "Je ne possède aucun moyen pour vous faire du mal, ni pour vous mettre sur le chemin droit"} [Al-Djinn (les Djinns) : 21].

Ibn Kathir a dit :

-"C’est-à-dire je ne suis qu’un homme comme vous sur qui la révélation descend, et un serviteur parmi les serviteurs d’Allah. Je ne possède pas le pouvoir de vous guider ni de vous égarer, mais tout cela revient à Allah (Le Puissant et Le Haut)".

Il était l’homme le plus modeste et il était celui qui avait le visage le plus épanoui. Il s’asseyait avec les pauvres et mangeait avec les miséreux. Il recousait la semelle de ses sandales, il était au service de sa famille et de lui-même ; il but de l’outre usée, il porta les briques avec ses compagnons pour construire la mosquée, il ne critiquait pas les servants [les travailleurs] et ne les réprimandait pas ; Anass ( Radhi Allah anhu ) a dit :

-"J’ai servi le messager d’Allah ( sal Allah alayhi wa salam ) pendant neuf ans, et il ne m’a jamais réprimandé pour quelque chose" Rapporté par Mouslim.

Il respectait les personnes âgées, il était modeste avec les petits, et si des enfants passaient à côtés de lui, il les saluait ; et il vit Abou Oumaïr ( Radhi Allah anhu ) qui était un enfant à cette époque, et lui dit pour l’amuser :

(O Abou Oumaïr ! Qu’a fait An-Nouraïr) Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim ; [An-Narar : est un serin (petit passereau, à bec court et épais, au plumage généralement jaune)].

Anass ( Radhi Allah anhu ) a dit :

(Je n’ai jamais vu une personne qui était plus compatissante envers les enfants que le messager d’Allah) Rapporté par Mouslim.

Il avait une grande modestie, il était éloigné de la fierté, de l’arrogance, de l’orgueil et de la supériorité ; il a dit ( sal Allah alayhi wa salam ) :

(Je ne suis qu’un serviteur. Donc, dites : "le serviteur d’Allah et Son messager") Rapporté par Al-Boukhari.

Il était généreux, donnait avec largesse, et il dépensait largement, avec générosité et en plaçant sa confiance en Allah. A chaque fois qu’on lui demandait une chose parmi les biens de ce monde qu’il possédait, il ne repoussait jamais celui qui lui demandait. Anass ( Radhi Allah anhu ) a dit :

-"A chaque fois que l’on demandait au messager d’Allah ( sal Allah alayhi wa salam ) sur l’Islam quelque chose, il la donnait toujours. Il n’était jamais en colère pour ce monde et les biens de ce monde. Il se détourna de la vie ce monde et travailla pour la demeure éternelle de l’au-delà. Il a dit ( sal Allah alayhi wa salam ) :

(Qu’ai-je à faire avec ce monde ? Mon exemple et celui de ce monde est comme un cavalier qui resta sous l’ombre d’un arbre, puis partit et le laissa)" rapporté par Tirmidhi.

Parfois, deux mois passaient sans que le feu ne soit allumé dans les maisons de ses épouses, il dormait pendant plusieurs nuits consécutives en ayant faim et sa famille ne trouvait rien à manger pour le dîner.

Omar ibn Al-Khattab ( Radhi Allah anhu ) a dit :

(J’ai vu le prophète ( sal Allah alayhi wa salam ) se courber à cause de la faim, il ne trouvait même pas de vieilles dattes sèches pour remplir son ventre) Rapporté par Mouslim.

Il sortait de chez lui à cause de la faim, et il attachait une pierre sur son ventre à cause de la douleur de la faim. Les compagnons (qu’Allah soit satisfait d’eux) connaissaient lorsqu’il avait faim au changement de sa voix ; Abou Talhah ( Radhi Allah anhu ) a dit :

-"J’ai vu le messager d’Allah ( sal Allah alayhi wa salam ) faible, je savais qu’il avait faim ; et plusieurs jours passaient alors qu’il n’y avait que de l’eau dans les maisons du prophète ( sal Allah alayhi wa salam )".

Un homme vint voir le prophète ( sal Allah alayhi wa salam ) et dit :

-"Je suis accablé". Alors, le prophète ( sal Allah alayhi wa salam ) envoya quelqu’un à une de ses épouses, celle-ci dit :

-"Je jure par celui qui t’a envoyé avec la vérité que je n’ai que de l’eau". Il l’envoya à une autre de ses épouses, celle-ci dit la même chose, jusqu’à ce qu’elles dirent toutes la même chose.

Il avait une peur complète de son Seigneur : malgré ce qu’il subissait à cause de la faim, il trouvait parfois une datte sur son lit, et il disait :

(Si je ne craignais pas que ce soit une datte provenant de l’aumône, je l’aurais mangée) Rapporté par Al-Boukhari.

Il connu les problèmes et les difficultés de la vie ; il grandit en étant orphelin sans avoir la tendresse maternelle ; son père mourut alors que ses yeux ne se sont pas réjouis de sa vue; son peuple lui causa du tort par la parole et les actes. Anass ( Radhi Allah anhu ) a dit :

-"Une fois, ils frappèrent le messager d’Allah ( sal Allah alayhi wa salam ) jusqu’à ce qu’il s’évanouit. Ils l’accusèrent d’être fou, de pratiquer la magie, et d’être un menteur" :

{Et les infidèles disent : "C’est un magicien et un grand menteur"} [Saad : 4].

Et dans la grotte, il connu le tourment, l’angoisse, la peur et la tristesse :

{Et qu’il disait à son compagnon : "Ne t’afflige pas, car Allah est avec nous} [At-Tawbah (le repentir) : 40].

Et le jour de la bataille d’Ouhoud, sa dent fut cassée, il fut blessé au visage et son sang coula. Il connu la douleur de la faim et l’ardeur [la force] de l’ennemi ; ils empoisonnèrent sa nourriture, ils l’ensorcelèrent dans sa famille, les malheurs se succédèrent sur lui, les difficultés tombèrent sur lui, et son Seigneur lui dit :

{Endure (Mohammed) donc, comme, on enduré les messagers doués de fermeté} [Al-Ahqaaf : 35].

Il transmettait ses chagrins et ses tristesses à son épouse en disant :

(O Aïcha ! Ton peuple m ‘a fait beaucoup souffrir) Rapporté par Al-Boukhari.

Six de ses enfants moururent pendant sa vie et ces tourments ne le détournèrent pas de l’appel vers Allah. Il patienta face aux tristesses de la vie et ses difficultés ; il dit à propos de lui-même :

(J’ai subi du tort pour la cause d’Allah comme personne n’a subi ; et l’on m’a fait peur pour la cause d’Allah comme personne n’a été effrayé) rapporté par Ahmed.

Il avait le cœur tendre et rempli de miséricorde, lorsqu’il entendait un enfant pleurer pendant la prière, il raccourcissait la prière parce qu’il connaissait ce que la mère ressent lorsque son enfant pleure ; il visitait le "Baquî" [le cimetière de Médine], il se rappelait alors l’au-delà et pleurait. Il visitait son fils Ibrahim chez sa nourrice alors qu’il était nourrisson, Ibrahim venait alors vers lui en étant poussiéreux, le prophète ( sal Allah alayhi wa salam ) le prenait alors dans ses bras, l’embrassait et sentait son odeur à cause de la tendresse paternelle envers lui, Rapporté par Al-Boukhari.

Et lorsqu’Ibrahim mourut, il pleura et dit :

(Les yeux pleurent, le cœur est triste, et nous ne disons que ce dont Allah est satisfait. Et nous sommes tristes de ta séparation – ô Ibrahim -) Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

Il avait sa raison complète, il avait des qualités élevées, il n’a jamais frappé quelqu’un de sa main ; Aïcha ( Radhi Allah anha ) a dit :

-"Le messager d’Allah ( sal Allah alayhi wa salam ) n’a jamais frappé de sa main une femme, ni un servant [un esclave]) Rapporté par Mouslim.

Il était l’homme le plus chaste et le plus honorable, sa main n’a jamais touché une femme qui ne lui est pas licite. Il était très loyal avec ses épouses et ses compagnons (qu’Allah soit satisfait d’eux). Lorsqu’il égorgeait une brebis, il l’a découpait en morceaux, puis il envoyait des morceaux aux amis de Khadija après sa mort, par loyauté envers elle.

Et il pria sur les morts d’Ouhoud huit ans après la bataille comme s’il voulait leur faire ses adieux. Il était généreux envers ses compagnons et il ne préférait pas une chose pour lui en dehors d’eux. Othmane ibn Affaane ( Radhi Allah anhu ) a dit :

-"Le messager d’Allah ( sal Allah alayhi wa salam ) nous aidait [nous réconfortait] avec peu ou beaucoup".

Il avait les meilleures qualités, il était clément et ne punissait pas par le mal, mais il pardonnait ; il ne se mettait pas en colère pour lui-même et ne secourait pas sa propre personne : un bédouin vint, attrapa son habit par derrière et le tira car il voulait lui demander de l’argent, il se retourna alors vers lui en souriant et lui donna ce qu’il voulait. Il pardonna à ceux qui l’avaient ensorcelé, il ne réprimanda pas ceux qui avaient mis le poison dans sa nourriture, il pardonna à ceux qui l’avaient combattu et leur dit lors de la conquête de la Mecque :

(Partez car vous êtes libres).

Aïcha ( Radhi Allah anha ) a dit :

-"Il ne s’est jamais vengé de quelqu’un qui lui causa du tort".

Il était doux et toujours souriant ; Jarir ibn Abdillah a dit :

-"Le messager d’Allah ( sal Allah alayhi wa salam ) ne m’a jamais vu sans qu’il ne sourie" Rapporté par Al-Boukhari.

Il rendait visite à ses compagnons, il était très poli envers ceux qui avaient beaucoup de mérite, il avait de bonnes relations avec les gens, il était un bon compagnon, il rendait visite à ses proches parents, il ne traitait personne durement, il était pudique et ne prononçait pas de propos obscènes, mais au contraire il avait plus de pudeur que la femme vierge à l’intérieur des appartements. Il n’aimait pas agrandir les mots, ni parler avec volubilité et avec force. Des gens vinrent voir le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) et dirent :

-"O Messager d’Allah ! O Toi, le meilleur parmi nous ! Et le fils du meilleur parmi nous ! Et notre chef ! Et le fils de notre chef !". Il dit alors :

(O Hommes ! Parlez comme vous le voulez, mais que le diable ne vous trompe pas [ne vous suggère pas de mauvaises pensées] ; je suis Mohammed ibn Abdillah et le messager d’Allah, et je n’aime pas que vous m’éleviez à un rang au-dessus du rang qu’Allah (Le Puissant et Le Haut) m’a donné) rapporté par An-Nassaa’i.

Et dans la nourriture qu’il présentait à ses invités, il n’exagérait pas en ce qui concerne la nourriture qui était présente et il ne demandait pas que l’on prépare ce qui n’était pas présent.

Les compagnons l’ont beaucoup aimé ; lorsqu’il parlait, ils écoutaient ; lorsqu’il ordonnait, ils s’empressaient d’obéir à son ordre. Anass ( Radhi Allah anhu ) a dit :

-"Ils n’aimaient personne plus que le messager d’Allah ( sal Allah alayhi wa salam ) ; il a rassemblé les meilleures qualités et les comportements les plus pures".

Cheikh Al-Islam a dit :

-"Aucun mensonge ne lui a été compté, ni aucune injustice commise envers quelqu’un, et il n’a jamais trahi personne". Mais il était l’homme le plus véridique, le plus juste, celui qui respectait le plus les engagements, malgré les différentes situations dans lesquelles ils se trouvaient, comme la sécurité, la peur, la domination et la faiblesse. Il honorait les gens de sa famille et avait de bonnes relations avec eux ; lorsque sa fille Fatima ( Radhi Allah anha ) venait vers lui, il se levait vers elle et lui disait :

(Bienvenue !) Et il la faisait s’asseoir à côté de lui.

Et il a dit :

(Le meilleur parmi vous est celui qui est le meilleur envers sa famille, et je suis le meilleur parmi vous envers ma famille).

Son créateur témoigna de l’éminence de ses qualités :

{Et tu es, certes, d’une moralité éminente}[Al-Qalam : 4].

Il était l’homme le plus beau et celui qui avait le visage le plus brillant ; son visage était éclatant comme la nuit de pleine lune. Al-Bara a dit :

-"Je n’ai jamais rien vu de plus beau que lui" Rapporté par Al-Boukhari.

Son corps était bon et propre, et il propageait une bonne odeur ; Anass a dit :

-"Je n’ai jamais senti un ambre, ni un musc, et rien de plus parfumé que l’odeur du messager d’Allah ( sal Allah alayhi wa salam) " Rapporté par Mouslim.

Il était éloquent, il prononçait un discours admirable, et sa parole touchait au plus profond des cœurs ; et il passait tout son temps dans l’obéissance d’Allah et Sa satisfaction :

{Dis : "En vérité, ma salat, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l’Univers. A Lui nul associé!} [Al-An’âam : 162 – 163].

Depuis le début de sa mission jusqu’à sa mort, il a appelé à l’adoration de son Seigneur et il a interdit à sa communauté de tomber dans le polythéisme. Il a guidé sa communauté vers tout bien, et il les avertis de tout mal. Donc, suivez toujours son chemin, accrochez-vous à sa guidée et à sa Sounnah, et méfiez-vous de lui désobéir, vous obtiendrez la réussite dans ce monde et dans l’au-delà.

Je cherche refuge auprès d’Allah contre satan le maudit :

{Certes, un Messager pris parmi vous, est venu à vous, auquel pèsent lourd les difficultés que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est compatissant et miséricordieux envers les croyants} [At-Tawbah : 128].

Deuxième sermon

O Musulmans !

Notre prophète Mohammed est un homme comme les autres, il fut atteint par la maladie et il eu faim, il fut attristé et il dormait. Il ne possède rien des particularités de la Seigneurie et de la Divinité, mais il n’est qu’un messager qui transmet le message de son Seigneur ; Allah (qu’Il soit exalté) a dit :

{Dis : "Je suis en fait un être humain comme vous. Il m’a été révélé que votre Dieu est un Dieu unique ! Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur, qu’il fasse de bonnes actions et qu’il n’associe dans son adoration aucun autre à son Seigneur"} [Al-Kahf : 110].

Nous ne devons pas l’élever au-dessus de son rang, ni diminuer son rang ; il est obligatoire de le suivre et d’obéir à ses ordres ; en lui obéissant, les miséricordes descendent et les bonnes choses se succèdent.

Il est dit dans "Fath Al-Majid" :

-"Nous glorifions le messager d’Allah ( sal Allah alayhi wa salam ) en glorifiant ses ordres et ses interdictions, en imitant sa guidée et en suivant sa Sounnah : {Et obéissez à Allah et au Messager afin qu’il vous soit fait miséricorde !} [Aali Imraane : 132].

Et l’aimer en lui obéissant passe avant l’enfant et le père ; il a dit ( sal Allah alayhi wa salam ) :

(Aucun de vous ne sera vraiment croyant jusqu’à ce qu’il m’aime plus que son enfant, son père et tous les hommes) Rapporté par Al-Boukhari.

Et en le suivant, la vie est aisée et tous les gens se réjouissent :

{Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions} [An-Nahl : 97].

Et le bonheur du serviteur dans les deux mondes dépend de son attachement à sa guidée ( sal Allah alayhi wa salam ) ; la gloire est obtenue selon la façon dont nous le suivons; et le succès est obtenu en l’imitant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s